Paul Ruban
/ Catégories: Poésie, Poésie

emerson

je donnerais
mes pouces
pour franchir
cette ligne.

elle existe
{ on me l’a dit }
enfouie quelque part
sous cette mer de blanc. 

je donnerais
mes orteils
pour traverser
ce plat purgatoire,
fouetté par un vent
aux mille dents
qui souffle et va et vient
sans passeport
carte nexus
ordre ex
             é
               cu
                 tif.

sous un ciel
hainedigo
j’ai tourbillonné
comme un derviche
pataugé
crié
dans les champs
jusqu’à sentir
votre neige couler
dans mes veines. 

mon étoile du Nord,
le néon rose de kai hua
restau chinois
poste-frontière
de l’el dorado.

d’épuisement
je m’y suis effondré
et lorsque je repris connaissance
sur le plancher de la cuisine
une mamie édentée
me dit

welcome to Manitoba dear
here some soup dear 

de joie
je décollai
mes oreilles
bleues givrées
mon nez popsicle
et ma bouche
et ma tête
alouette
jusqu’à ce qu’il ne restât
plus qu’un cœur,
galopant comme
les bisons d’antan,
assoiffé
de poser racine.

Imprimer
1851

Theme picker

Index

Table des matières

Mot du Comité d’édition
Mot du Comité d’édition

Mot du Comité d’édition

Nous en voici à  notre deuxième année de publication. Nous espérons vous offrir dans notre troisième numéro un ciel encore plus ouvert à la créativité et à la communauté des écrivains et des artistes des Prairies.

RSS

Theme picker

Merci à nos partenaires et commanditaires:

Coopérative des publications fransaskoises   Conseil culturel fransaskois   Saskculture