Actualité littéraire

Marie-Lou Bernatchez

Des tambours royaux au cœur de la fransaskoisie

Le groupe percussionniste réginois Abahebera, terme qui signifie « dévoué au tambour » en kirundi, une langue du Burundi, a fait résonner toute sa dévotion lors d’une prestation pour le moins rythmée et colorée le 9 juillet en soirée au Festival fransaskois.

Le groupe est composé d’une dizaine de percussionnistes originaires du Burundi. Présenté par la Communauté burundaise de Regina, le groupe avait hâte de retrouver la scène du festival après plus de deux ans de pandémie.

« Ça donne un spectacle assez différent et c’est quelque chose de traditionnel chez nous », explique Jean de Dieu Ndayahundwa, membre responsable de Abahebera depuis cette année.

Un groupe en demande

La prestation, d’une durée d’une trentaine de minutes, a apporté une ambiance électrisante au festival. Elle précédait le spectacle sur la grande scène qui débutait à 19 heures.

Le talent d’Abahebera est de plus en plus reconnu dans l’Ouest canadien, et le groupe est désormais installé dans la vie culturelle en Saskatchewan.

Les tambourinaires sont régulièrement invités à de grands événements tels que la fête du Canada, le Festival fransaskois, le Festival folk de Regina, le Festival culturel d’Assiniboia, ou encore l’Africa Fest de Victoria en Colombie-Britannique.

Image
L’UNESCO a inscrit le tambour burundais au patrimoine mondial de l'humanité en 2014. Crédits: Marie-Lou Bernatchez

Ce n’est qu’en 2018 que les membres du groupe ont commencé à pratiquer ensemble. « Je me souviens de regarder les tambourinaires au Burundi quand j’étais enfant, mais je n’avais jamais joué », se remémore Jean de Dieu Ndayahundwa.

« C’est Rénord Nsekera, le responsable technique du groupe, qui m’a appris à jouer », ajoute le musicien. Afin de garder le tempo, le groupe se rencontre chaque samedi pour pratiquer.

Du rythme et de l’effort

« C’est quand même demandant physiquement, explique Jean de Dieu Ndayahundwa, car on fait trois choses en même temps : on joue du tambour, on danse et on chante en kirundi. »

Pour se déplacer, les artistes portent leur tambour sur la tête. « Les tambours sont très lourds, entre 23kgs et 30 kgs, ajoute le percussionniste. Au début, tu peux avoir des douleurs au cou car en plus du poids il faut garder l’équilibre. »

Ces instruments de musique traditionnels occupent une place importante dans la culture burundaise. En tant qu’objets sacrés, ils sont réservés aux grands événements. L’UNESCO a d’ailleurs inscrit le tambour burundais au patrimoine mondial de l'humanité en 2014. « Ce qui veut dire que l’on doit jouer en vêtement traditionnel, et qu’on ne porte pas de souliers non plus », ponctue Jean de Dieu Ndayahundwa.

Plusieurs organismes de la Fransaskoisie ont contribué à l’achat de tambours burundais, dont la Fondation fransaskoise et le Conseil des écoles fransaskoises (CÉF) qui, pour sa part, a dépensé 10 000 dollars pour acheter des tambours et les faire venir depuis l’Afrique.

« C’est dans le souci d’inclure une activité multiculturelle au Pavillon secondaire des Quatre-Vents [de l’école Monseigneur de Laval à Regina] que l’achat s’est fait », indique Jean de Dieu Ndayahundwa, également impliqué au sein du Collectif des parents inquiets et préoccupés (CPIP).

La Communauté burundaise de Regina détient maintenant 18 tambours traditionnels.

Imprimer
383 Noter cet article:
Pas de note

L'Eau vive

Index- numéro 6

Index- numéro 6

No content

A problem occurred while loading content.

Previous Next