Entreciel

Entreciel

Sorties de l’entretoit des corniches des greniers de mille espaces connus d’elles seules oubliés par concierges et architectes, les hirondelles occupent dès le matin l’entreciel, la part élevée de Madrid, en rase-tête des habitants des terrasses jusqu’à la proximité des saints perchoirs, des croix des antennes, faisant fi de nos communications avec l’au-delà.

De leur entreciel les hirondelles narguent les chats les attirent sur les tuiles glissantes des toits leur font oublier la précarité des murs des terrasses les mètres les séparant de la terre ferme l’immensité qui les en séparent même en comptant les bonds les plus agiles l’absence de griffes ou d’entraînement aux griffes – et la différence entre la prise d’une plume égarée et celle de l’oiseau entier. Il suffirait pourtant d’être patient : les chats connaissent aussi les coins chauds et discrets des toits. Murillo va nous faire un dessin. La nuit venue, le choix est clair : la sûreté des croquettes et la chaleur du lit se posent comme une solide alternative à la chasse aux tourments.

De leur entreciel les hirondelles craignent les chats malgré la haute voltige la chasse mutuelle l’art pour l’art les volte-face les vols planés qui tous entraînent le danger de l’oubli de soi (le vol tout entier quête de l’oubli de soi quête de l’unité avec la nature avec la ville avec les autres hirondelles) sans compter la proximité des toits des fenêtres trop bien lavées – et des chats toujours aux aguets griffes affilées ventres bien remplis ne chassant que pour la chasse et les bonds planés. La beauté de l’ami en vol magnifiée par le danger de ces proximités, souvent entachée d’une mort soudaine.

L’exploration des recoins des ruines des chantiers des lieux communs la bravoure de le faire en piqué ajoute à la beauté à la bonté à la justesse à l’abnégation – haute voltige! L’hirondelle – celle-là même qui se laisse suivre du regard des minutes durant jusqu’à se fondre dans la luminosité céleste, celle-là même dont le cri surgit de toutes et partout à la fois, celle-là même qui prend pour compagnes de vol celles qui semblent aller dans une même direction et pour compagnon le temps de leur convergence, celle-là même qui ne s’embête pas de liberté ne connaissant pas l’oppression – l’hirondelle personnage tragique de l’entreciel madrilène doit parfois se poser.

Prochain article Main légère
Imprimer
4296

Numéro 6

***

Liminaires et analyse

No content

A problem occurred while loading content.

Previous Next

L’instinct de respirer

Bone loss Bone loss

Texte : Gisèle Villeneuve
Illustration : Jean-Sébastien Gauthier

I et II I et II

Texte : Rachel Bonbon
Artiste : Lou-Ann Bourdeau

lien de sens lien de sens

Texte : Marika Drolet-Ferguson
Illustration : Estelle Bonetto

No content

A problem occurred while loading content.

Previous Next

L’horizon des possibilités

Le binaire Le binaire

Texte : Joanie Serré
Illustration : Mario Rhéal Landry

Van Gogh Van Gogh

Texte : Caroline Bélisle
Illustration : Artiste Anne-Marie Sirois

No content

A problem occurred while loading content.

Previous Next

Au-delà des contours et des souvenirs

Crucifix Crucifix

Texte : Louise Dandeneau
Illustration : Léopold L. Foulem

No content

A problem occurred while loading content.

Previous Next

Merci à nos partenaires et commanditaires:

Coopérative des publications fransaskoises    Conseil culturel fransaskois   Saskculture Fondation fransaskoise